Rechercher
  • loeildutennis

Le Big 3 se met en marche


Une grande majorité des joueurs a pour source essentielle de revenus les “prize money”, plus ou moins importants, délivrés sur chaque tournoi. La crise sanitaire qui frappe le monde a des conséquences économiques terribles pour certains. Leur situation est de plus en plus précaire d’où l’urgence d’intervenir.

Nombre de projets de fonds de solidarité commencent à émerger médiatiquement, notamment celui d’Atton & Price associé à Elite Tennis Center. Aujourd’hui, c’est au tour des trois cadors du circuit de se mobiliser.


Leur projet ambitionne de récolter 4 millions de dollars répartis de la manière suivante :


  • 1.5 million de la part des Grand Chelem


  • 1.5 million provenant des prize money du Masters (soit la moitié du total reversé)


  • 1 million par les joueurs, indexé en fonction du classement :


- de la 1re à la 5e place : 30 000 $ (environ 27 500 euros)

- de la 6e à la 10e place : 20 000 $ (environ 18 400 euros)

- de la 11e à la 20e place : 15 000 $ (environ 13 800 euros)

- de la 21e à la 50e : 10 000 $ (environ 9 200 euros)

- de la 51e à la 100e place et pour le top 20 en double : 5 000 $ (environ 4 600 euros)


Ce fond de solidarité s'adresse aux joueurs classés entre la 250e et 700e place mondiale. Le président du Conseil des joueurs, Novak Djokovic, élément moteur de ce projet, considère que les joueurs mieux classés ont pu participer aux qualifications de l’Open d’Australie et le prize money touché peut leur permettre d’appréhender l’avenir positivement. Dans le même temps, Andrea Gaudenzi, président de l’ATP, a annoncé que l'objectif en 2020 était de disputer trois Grand Chelem (Wimbledon ayant été annulé) et sept Masters 1000 (les deux tournois américains d’Indian Wells et de Miami n’ayant pas lieu). Ces derniers offrent un plateau très élitiste car ouverts seulement à 64 joueurs. Par cette déclaration, on voit bien que le circuit secondaire n’est pas une priorité pour l’ATP. L’annonce de Novak Djokovic auquel s'associent Roger Federer et Rafael Nadal arrive donc à point, soulageant sûrement les joueurs plus modestes. "Beaucoup d'entre eux envisagent de quitter le tennis professionnel parce qu'ils ne peuvent tout simplement pas survivre financièrement", a déclaré le serbe.


La multiplication de ces projets solidaires peut conduire à une grande réussite si les différents protagonistes se réunissent autour d'une même table, virtuelle toutefois, afin d'unir leurs forces.



74 vues

Posts récents

Voir tout

PLUS QU’ENTRAÎNEURS

Entraîner un jeune joueur de tennis aux ambitions élevées n’est pas toujours simple, d’une part à cause de la pression de responsabilité que peut engendrer les attentes, d’autre part parce que la gest

©2020 par L'œil du Tennis. Créé avec Wix.com