Rechercher
  • loeildutennis

Entretien avec Hugo Grenier (243ème joueur à l'ATP)




  • Comment avez-vous appris et vécu l’annonce de l’interruption des tournois ?

J'étais au tournoi de Potchefstroom en Afrique du Sud. J’avais gagné mon deuxième tour, et avec mon coach, nous avons reçu un mail de l’ATP indiquant la suspension de toutes compétitions, donc les tournois en cours étaient terminés.

Étant qualifié pour les quarts, stade qui commence a être intéressant en terme de points gagnés et de prize money, ça a été un peu frustrant, d’autant plus que le voyage en Afrique de Sud coûte une certaine somme. Mon niveau de jeu est bon depuis le début de la saison, j'étais sur une bonne lancée, et dans le cut des qualifs de Roland Garros et de Wimbledon donc ça aurait été intéressant de pouvoir les jouer.



  • A quel âge avez-vous commencé le tennis? Où? Dans quel club ?

J'ai commencé à jouer vers 7-8 ans à Montbrison avec mon père. Je jouais parallèlement au foot, et je me suis consacré exclusivement au tennis à partir de mes 18 ans.



  • Quel a été votre premier entraîneur ? Et l’actuel ?

Mon père, même s'il ne ma jamais entraîné, m’a permis de débuter. Mon premier véritable entraîneur a été Pascal Ruffin. Aujourd'hui je m’entraîne à Cannes dans l'académie Elite Tennis Center au côté de Jean René Lisnard. Deux autres entraîneurs m'accompagnent parfois en tournoi.



  • Avez-vous un rituel d'avant match ? Pendant vos matchs ?

J'aime bien écouter de la musique avant le début d'un match et parler à des proches comme ma copine ou mon père mais je ne suis pas du tout superstitieux.

Pendant le match, je me dis souvent de me lâcher, de me faire confiance et de prendre du plaisir.



  • Quel est votre point de vue sur la situation actuelle?

C'est une situation très compliquée. Tout le monde est touché. En ce qui concerne le tennis, le problème est que c'est un sport où on voyage énormément à l’inverse d’un championnat domestique donc j'ai peur que ce soit le sport qui reprenne en dernier. Pour prendre l'exemple de Roland, des joueurs du monde entier viennent jouer donc je pense sincèrement que ce sera compliqué de reprendre cet été.


  • Un avis sur la création des circuits privés tels que ceux de Mouratoglou ou de Ascione ?

C'est une bonne initiative, ça permettra aux joueurs de se remettre dans le rythme, de retrouver des objectifs. Après, j'ai l’impression que le tournoi de Mouratoglou est plutôt réservé aux élites, je ne sais pas si les mecs moins bien classés pourront y participer…

En ce qui concerne le projet de Thierry ça pourrait être top. Entre Marseille et Monaco, les clubs sont sympas, ça permettrait de se remettre à voyager et de reprendre le rythme.


  • Où êtes-vous confiné ?

Je suis confiné chez mes parents à Montbrison, où j'ai accès à un court de tennis et j’ai pas mal d'espace pour m'entretenir, je suis bien loti.


  • Niveau motivation ?

La motivation est là, j'adore jouer au tennis et faire du sport en général donc pour l’instant, tout va bien!



  • Que pensez-vous des projets de rémunération mis en place par Atton & Price et / ou celui de la fédé?

C'est une bonne chose d'aider les joueurs ! Atton & Price, je soutiens à fond leur projet, d'autant plus que je suis représenté par eux. Cependant il faut distinguer les joueurs à aider. Ceux du top 50 ils n’ont pas trop de soucis à se faire. Quant à ceux qui en temps normal perdent de l'argent en jouant des Futures, je trouverais pas ça normal de leur venir en aide puisque la suspension des tournois leur fait même gagner de l'argent.


  • Bénéficiez-vous d’un soutien financier et matériel spécifique de vos sponsors hors et pendant confinement?

Je suis sponsorisé depuis 4 ans par Technifibre qui finance mon matériel. Je ne perçois aucune aide de la part de la fédé. J'ai la chance d'avoir mes parents qui me soutiennent financièrement et les matchs par équipes qui me permettent de gagner de l’argent.

Depuis le confinement, Tecnifibre ne m'a rien envoyé malgré ma demande de balles ! J'ai donc dû en acheter par mes propres moyens…



  • Redoutez vous des problèmes financiers ?

Je pense que je ne suis pas le plus à plaindre. Après c'est assez frustrant parce que mon classement m'aurait permis de participer aux Grand Chelem, ce qui est intéressant financièrement et m'aurait permis de m'investir encore plus dans mon tennis.


  • Comment voyagez-vous en tournoi?

Je pars juste avec mon coach environ vingt semaines dans l'année. Le reste du temps je voyage avec ma copine. Certes c'est bien de partir avec son coach d'un point de vue sportif, mais je trouve que la relation extra tennis est super importante. On parle d'autres choses que du tennis, ça me fait du bien de couper un peu.



  • Comment expliquez-vous ce début de saison en trombe ? Préparation physique différente ? Autre approche psychologique ?

Non pas spécialement. Je n’ai rien changé de tout ça. Après ça fait un an que je suis plus investi dans mon projet, ce qui automatiquement donne de meilleurs résultats.


  • Quels sont vos objectifs ? A court terme ? A long terme?

Rejouer au tennis à court terme (rires…) Si je me projette un peu plus, j’aimerais entrer dans le top 100.


  • Apprécieriez-vous que les circuits féminin et masculin partagent davantage de tournois ensemble ?

Non pas trop. C'est trop compliqué, peu de tournois ont un nombre de terrains d'entraînements suffisants pour accueillir les hommes et les femmes.



  • Quel est votre tournoi favori ?

J'adorerais jouer à Monte Carlo. Parmi ceux auxquels j'ai déjà participé, Roland évidemment! C'est dingue de jouer là-bas.



  • Quelle est la surface sur laquelle vous préférez jouer ? Sur laquelle vous vous exprimez le mieux?

J’ai toujours joué sur dur donc forcément c'est dessus que je m'exprime le mieux. Je suis moins fan de la terre battue.


  • Que pensez vous du format et des règles particulières du Masters de la NextGen ?

Je n'aime pas trop le format de trois sets gagnants en quatre jeux. Le point décisif c'est pas top, ça raccourcit beaucoup le match.

Sur le coaching en visioconférence ça peut être bien mais ça serait compliqué à mettre en place sur tous les tournois notamment les challengers et futurs. Après le coaching une fois par set pourquoi pas, mais là encore, ce n'est pas une priorité selon moi.



  • Que pensez-vous de la réforme sur la Coupe Davis ?

C'est un peu dommage d'avoir mis en place deux compétitions (Coupe Davis et ATP Cup) qui se ressemblent beaucoup, le tout en l'espace d'un mois. Ca aurait été bien de réunir les deux. Le problème c'est que ce sont deux instances différentes qui régissent ces deux compétitions. Hormis pour les rencontres de l'Espagne, les gradins étaient vides, ce qui est bizarre pour une rencontre de Coupe Davis...


  • Quel est le joueur ou la joueuse qui vous a marqué quand vous étiez jeune ?

J'ai beaucoup aimé Tomas Berdych, tout en puissance assez monstrueux. C'est regrettable qu’il n’ait jamais gagné de Grand Chelem, sûrement la faute aux trois monstres qui se les partagent depuis 15 ans.



  • Quel est votre plus beau souvenir sur le circuit pro ? Sur le circuit junior ?

Je n'ai jamais joué le circuit junior, car je n'avais pas envie d'intégrer les pôles France, je ne voulais pas être déscolarisé (je suis allé jusqu’au bac), je souhaitais garder une vie sociale, avoir des potes. Je m’entraînais le soir après les cours et faisais les tournois français le weekend. C'était un rythme de dingue, mais que je ne regrette absolument pas. D'avoir autre chose que le tennis à côté, c'est vachement cool et rassurant, si jamais il m'arrive un pépin qui me contraint à arrêter ma carrière prématurément, je n'aurai pas trop de soucis à me faire.

Chez les pros c'est mon premier titre en futur, à Veigy-Foncenex en 2017.


  • D’autres passions ?

Je suis un amoureux du sport en général. Mon cousin est basketteur en NBA, donc je suis beaucoup le basket et le foot aussi. J'aime bien aller au cinéma avec des copains, prendre du bon temps avec eux.


Merci beaucoup à Hugo Grenier pour cet entretien. On espère le revoir très vite à Roland Garros !

0 vue

©2020 par L'œil du Tennis. Créé avec Wix.com