Rechercher
  • loeildutennis

Entretien avec Benjamin BONZI (218ème joueur à l'ATP)



  • A quel âge avez-vous commencé le tennis? Où? Dans quel club ?

Alors j’ai commencé à 6 ans au tennis club d’Anduze dans le Gard.


  • Qui a été votre premier entraîneur ? L’actuel ? Celui qui vous a le plus marqué ?

Mon premier entraîneur à l’école de tennis s’appelait Thierry, c’est lui qui m’a appris à tenir la raquette au début. L’actuel est Lionel Zimbler à Aix en Provence. Celui qui m’a le plus marqué s’appelle Jean Christophe Faurel, lorsque j’étais à l’Insep.


  • Avez-vous un rituel d'avant match ? Pendant le match ?

J’écoute souvent de la musique avant le match, après j’aime bien avoir une coupure entre mon échauffement et mon match pour pouvoir penser un peu à autre chose, me détendre puis me replonger pleinement dans le match et la tactique à avoir. Pendant le match je n’ai pas de rituel précis, j’essaie d’avoir le discours le plus positif possible ou alors celui qui va me faire réagir et m’apporter de l’énergie.



  • Quel est votre point de vue sur la situation actuelle?

Malheureusement c’est une crise mondiale très grave et pas seulement au niveau du sport, c’est certes embêtant pour nous, sportifs, mais on ne peut pas se plaindre car tous les jours des gens sont touchés et ça dépasse le cadre du sport.


  • Où êtes-vous confiné ?

Je suis à Aix en Provence avec ma copine depuis le début du confinement.


  • Arrivez-vous à vous entraîner, à progresser ou seulement à garder la forme?

Je n’ai pas touché la raquette depuis l’annonce de la suspension du circuit ATP, je m’entretiens physiquement mais rien de plus, c’est compliqué de garder des attentes élevées en terme de performance sans connaître la reprise.


  • Compareriez vous cette période à une période de blessure, sans savoir la date de reprise?

Non car lors d’une blessure on est le seul concerné, on peut ruminer le fait de ne pas jouer alors que les autres le font, rater des tournois qui nous tiennent à cœur. Alors que là on est tous dans le même bateau, du moins au niveau des tournois. Certes quelques joueurs peuvent continuer à jouer mais la reprise est tellement loin que ce n’est pas très grave. Et lors d’une blessure on a toujours en tête un délai pour se soigner, il peut y avoir des complications ou une amélioration plus rapide mais à chaque fois on a un objectif de date en tête. Là malheureusement ça ne dépend pas de nous, et ça peut être très long.


  • Que pensez-vous des projets de rémunération mis en place ? Celui d’Atton & Price ? Celui de la FFT ? Celui des joueurs et de l’ATP ?

Je pense que c’est bien d’aider les joueurs, on ne gagne pas d’argent sans tournoi. Les joueurs sont impactés et une aide est la bienvenue. Après la forme est compliquée à mettre en place, il y aura toujours des déçus. Et malheureusement certains problèmes liés au circuit comme la répartition des prize money ou l’annulation des interclubs se mélangent à celui de la crise sanitaire. Certes les joueurs de tennis n’ont plus de moyen de gagner de l’argent mais certains en perdent moins en ne jouant pas le circuit donc il y a pleins d’éléments à faire entrer dans la balance, et automatiquement d’autres débats se mêlent à celui de la crise. Sauf que l’ATP ne peut pas tout gérer et n’a pas un puit sans fond financièrement. Les tournois sont impactés aussi alors c’est pas évident de trouver la bonne formule. Dans un deuxième temps, l’aide de la fédération est une bonne chose aussi, beaucoup de joueurs se retrouvent sans interclubs ni tournois nationaux pour remporter de l’argent aussi alors toute aide est bienvenue.


  • Bénéficiez-vous d’un soutien financier et matériel de vos sponsors ?

Non je n’ai que du matériel avec mes sponsors, Lotto pour le textile et chaussures, Wilson pour l’équipement tennis.


  • Redoutez vous des problèmes financiers ?

Je ne vais pas le cacher, la crise est un manque à gagner pour moi car j’étais dans le cut des prochaines qualifications de Grand Chelem et potentiellement d’autres tournois mais j’ai eu la chance de jouer des GC les années d’avant et de faire des bons résultats en début d’année alors non j’ai de quoi voir venir un peu.


  • Comment expliquez-vous ce début de saison en trombe ? Préparation physique différente ? Autre approche psychologique ?

J’ai changé de structure d’entraînement cet hiver, j’ai bousculé tout ce que je connaissais, changé de repères. J’ai voulu modifier ma façon de voir les choses concernant le tennis et l’entraînement, j’ai beaucoup travaillé cet hiver, j’ai changé de raquette et de cordage aussi. Tout ceci mélangé a fait que les résultats sont arrivés assez vite même si je ne m’attendais pas forcément à ça.

  • Quels sont vos objectifs ? A court terme ? A long terme?

En début de saison je voulais réintégrer les qualifs de GC, c’est chose faite. Maintenant je ne veux pas m’arrêter et penser à un classement précis, on a tous en tête la barre du top 100 dans un premier temps mais la route est longue alors pour l’instant je veux juste essayer de continuer à travailler de la sorte et voir où ça me mène.


  • Apprécierez vous que les circuits féminin et masculin partagent davantage de tournois ensemble ?

Personnellement je n’ai pas de préférence sur ce sujet là, pour moi ça m’importe peu du moment qu’il y a assez de courts sur le site pour pouvoir s’entraîner comme il faut hors match.


  • Quel est votre tournoi favori ?

Roland Garros évidemment, un grand chelem sur le sol français c’est forcément particulier.


  • Quelle est la surface sur laquelle vous préférez jouer ? La surface sur laquelle vous vous exprimez le mieux ?

J’aime bien toutes les surfaces, après j’ai fait 2 finales de challenger sur dur, mais j’ai passé un tour de GC sur terre du coup c’est partagé dans ma tête.

  • Que pensez vous du format et des règles particulières du Masters de la NextGen ?

C’est une innovation. J’ai tendance à être très conservateur sur le format de jeu. Pour moi c’est 3 sets gagnants en GC et 2 sur les autres tournois mais il y a sûrement des évolutions à trouver dans le tennis pour l’attrait du spectateur.


  • Si vous deviez changer une règle ce serait laquelle?

Le coaching, on sait pertinemment que tous les coachs parlent à leur joueur pendant les matchs alors autant le rendre autorisé.


  • Quel est le joueur ou la joueuse qui vous a marqué quand vous étiez jeune ?

Roger Federer sans hésiter, ça reste un idole pour moi aujourd’hui.


  • Quel est votre plus beau souvenir sur le circuit pro ? Sur le circuit junior ?

Les deux sont à RG, le 1er tour passé en senior en 2017 contre Medvedev, c’était assez fou comme sensation puis le titre en double en junior en 2014 si je me trompe pas.




  • Une anecdote originale sur le circuit ?

On jouait un future au Portugal avec Grégoire Jacq, ça devait être en 2015 si je me trompe pas. C’était à Castelo Branco précisément. Le tournoi se déroulait sur 3 courts en Quick dans un hôtel et à côté des courts il y avait une sorte de petit chemin qui descendait dans les champs. Et tous les soirs à la même heure, pendant la dernière rotation des matchs de la journée vers 19.30, on assistait au passage des chèvres avec leur berger, en direction des champs. C’était assez drôle de voir les joueurs s’arrêter quelques minutes car il y avait trop de bruit.


0 vue

©2020 par L'œil du Tennis. Créé avec Wix.com